2016-03-11

Nel Blink Oudemans 1918-2002

Portrait of Nel Oudemans, Strathbutler Award 1995
Personnage marquant de la renaissance de l’artisanat canadien des Maritimes dans les années 1970, Nel Oudemans a connu un parcours vers l’excellence artistique empreint de résolution devant l’adversité. Née à La Haye, Mme Oudemans consacre sa jeunesse à l’étude. Elle reçoit une formation classique en tissage et broderie de tapisserie à la prestigieuse école de tissage Sāterglāntan, en Suède, et au studio Karen Prestard de Heidel, en Norvège. L’occupation de sa patrie par les nazis lui impose de grands sacrifices personnels, et le bouleversement de la Deuxième Guerre mondiale interrompt sa carrière artistique. En 1947, malgré l’incertitude face à l’avenir, elle et son mari, Jack, quittent l’Europe ravagée par la guerre pour s’établir au Canada. C’est à Fredericton, où elle et son mari s’installent, que Mme Oudemans se consacre à élever sa jeune famille, mais devient rapidement une personne à consulter dans la communauté artistique.

Nel Oudemans et premier Bernard Lord

Nel Oudemans et premier Bernard Lord

Sa connaissance et son dévouement envers l’histoire et la tradition de l’artisanat ont déclenché un renouveau d’intérêt pour le tissage dans la communauté artistique locale. Son travail sous l’égide du New Brunswick College of Craft and Design la fait aimer comme enseignante et elle s’impose comme mentor estimé. Les années suivantes, son studio à domicile devient un lieu de création, d’enseignement, d’encadrement et d’encouragement.

Mme Oudemans travaille inlassablement à la création des expositions-ventes qui ont lieu au Memorial Hall de l’UNB pour Noël. Toute une nouvelle génération d’artistes canadiens du textile puise son inspiration dans ses tapisseries en laine et lin tissées à la main, sa signature personnelle, et dans ses couvre-lits, nappes et couvertures. Sa connaissance des techniques et patrons traditionnels font référence dans tout le pays. Son travail au lieu historique de Kings Landing est digne de mention, où elle a été conseillère technique pour l’assemblage des métiers et la création de couvre-lits qui justement reconstituent fidèlement l’histoire à partir de ses patrons et techniques. Comme le disait Charlotte Glencross, en 1999, à l’inauguration d’une exposition rétrospective, « son œuvre est un tour de force technique ». Dorothy Burnham, conservatrice en arts textiles au Royal Ontario Museum a, pour sa part, qualifié Mme Oudemans « d’une des artistes les plus douées dans cette partie du monde ».

Monica Lacey, Nel Oudemans 2012, with Jack Oudemans

Monica Lacey, Nel Oudemans 2012, avec Jack Oudemans.

De nombreuses distinctions ont souligné son mentorat inépuisable, sa maîtrise des patrons traditionnels et son travail de conception innovant.

  • 1978 Meilleure œuvre de l’exposition-concours de la biennale du Conseil des métiers d’art du Nouveau-Brunswick
  • 1987 Membre honoraire du Conseil des métiers d’art du Nouveau-Brunswick
  • 1989 Prix d’excellence du festival d’artisanat de Mactaquac
  • 1991 Fellow du New Brunswick College of Craft and Design
  • 1995 Prix Kjeld et Erica Deichman pour l’excellence en artisanat
  • 1995 Prix Strathbutler d’excellence artistique et contribution importante aux arts visuels

Établi en 2002 par la Fondation Sheila Hugh Mackay, le prix Nel Oudemans, rend hommage à l’appui indéfectible que Mme Oudemans a témoigné aux artisans de la relève. Attribué par un jury, ce prix a vu sa valeur et son prestige augmenter avec le temps. En 2015, la Fondation Sheila Hugh Mackay a reçu un don important de la Fondation des arts du Nouveau-Brunswick pour honorer cette grande artiste canadienne et continuer le mentorat de jeunes talents.